OUDIN (J.)

OUDIN (J.)
OUDIN (J.)

Jacques OUDIN 1908-1985

Le nom de Jacques Oudin, décédé à Paris le 15 octobre 1985, est indéfectiblement lié à trois découvertes parmi les plus marquantes de l’immunologie contemporaine: l’analyse immunochimique en milieu gélifié, les spécificités allotypiques des immunoglobulines et l’idiotypie des anticorps. Chacune de ces trois découvertes fondamentales aurait largement suffi à elle seule pour faire reconnaître Jacques Oudin par la communauté immunologique internationale (ce qui a été le cas) comme l’un des pionniers les plus féconds de l’immunochimie et de l’immunologie moléculaire. Elles devaient en faire le fondateur d’une véritable école scientifique.

Né a Dreux le 15 mai 1908, docteur en médecine en 1936 et docteur ès sciences en 1949, Oudin, entré à l’Institut Pasteur de Paris en 1937, devait y effectuer toute sa carrière: chef de laboratoire en 1944, chef du service d’immunochimie analytique en 1959, professeur en 1970. Le C.N.R.S. l’avait nommé directeur de recherche en 1964 et lui décernait sa médaille d’or en 1972, alors qu’il recevait la même année le grand prix des sciences de la Ville de Paris et par la suite le prix Charles-Léopold Meyer (1973). Élu à 1’Académie des sciences en 1979, il bénéficiait d’un très large rayonnement international qui lui valut d’être nommé membre de nombreuses académies étrangères. C’est dans une note célèbre devenue classique, rédigée en 1946 pour les Comptes rendus de l’Académie des sciences , que Jacques Oudin décrivit la méthode d’immunodiffusion des solutions d’antigènes et d’anticorps en milieu gélifié, qu’il avait mise au point. Cette technique devait se révéler comme un outil analytique qualitatif et quantitatif d’un intérêt considérable destiné à révolutionner non seulement l’immunologie mais également tous les domaines de la biologie, notamment la biochimie et la médecine.

Utilisant la méthode qu’il avait mise au point, Oudin devait orienter ses recherches sur les spécificités antigéniques des protéines et plus particulièrement celles des immunoglobulines (anticorps). Il montrait en 1956 que 1’on pouvait immuniser certains lapins contre les protéines sériques de certains autres, ce qui l’amena à distinguer (selon la terminologie qu’il devait proposer) des spécificités antigéniques isotypiques, qui pour une protéine donnée sont communes à tous les individus d’une même espèce, et des spécificités allotypiques, qui ne sont représentées que chez certains groupes d’individus de la même espèce. D’après ces données les classes et les sous-classes d’immunoglobulines sont autant d’isotypes distincts au sein desquels on peut distinguer des allotypes différents. Oudin montrait que les spécificités allotypiques des immunoglobulines représentaient l’expression de variantes affectant les gènes de structure des chaînes légère et lourde de ces molécules.

En 1963, Oudin décrivait dans un article encore une fois célèbre paru dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences , une troisième catégorie de spécificité antigénique des immunoglobulines: les spécificités idiotypiques localisées dans les régions variables des chaînes lourde et légère de ces molécules. Chaque spécificité idiotypique est particulière aux anticorps agissant contre un antigène donné qui ont été synthétisés par un individu ou par un groupe d’individus donné.

Cette découverte est incontestablement l’une des plus importantes de l’histoire de l’immunologie. Ses implications théoriques et pratiques sont considérables, ce qui explique le très grand nombre de travaux consacrés à ce domaine. Sur le plan théorique, la découverte de l’idiotypie a conduit à des expériences qui ont été cruciales pour l’appréciation du répertoire immunologique, clé de la diversité des anticorps En se basant sur l’idiotypie, Niels Jerne (prix Nobel de médecine et physiologie en 1984) devait proposer l’hypothèse du réseau. Selon cette hypothèse, les anticorps portant des marqueurs idiotypiques (idiotopes) induisent la production d’anti-idiotypes dont certains ressemblent à l’antigène original et sont de ce fait une «image interne» de cet antigène Les anti-idiotypes sont eux-mêmes régulés par des anti-anti-idiotypes, ce qui permet de postuler un rôle capital de ces systèmes dans l’homéostastie du système immunitaire.

Ignoré de l’Université, Jacques Oudin aura été l’un des plus grands immunologistes de ce temps. Son œuvre a honoré l’Institut Pasteur et la France. Il a formé une école scientifique qui a continué son œuvre grâce aux élèves qu’il a formés et aux chercheurs francais ou étrangers qui ont eu le privilège de travailler dans son laboratoire.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • Oudin — ist der Familienname folgender Personen: César Oudin (um 1560–1625), spanischer Übersetzer und Hofdolmetscher Jacques Oudin (1908–1985), französischer Immunologe Paul Marie Oudin (1851–1923), französischer Arzt und Erfinder Melanie Oudin (*… …   Deutsch Wikipedia

  • Oudin — (spr. Udäng), Casimir, geb. 1638 in Mezières; wurde 1656 in Verdun Prämonstratenser, bereiste zur Untersuchung der Archive der Abteien seines Ordens die Niederlande, Lothringen, Burgund u. Elsaß; 1683 ließ er sich in Paris nieder, ging 1690 nach… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Oudin — Nom de personne d origine germanique formé sur Odo (aud = richesse). Nom très fréquent dans l Est (51, 55). On trouve dans le même secteur géographique les diminutifs Oudinet et Oudinot. La variante Oudain, beaucoup plus rare, se rencontre dans… …   Noms de famille

  • Oudin —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Oudin est un nom de famille notamment porté par : Antoine Oudin, grammairien et écrivain du XVIe siècle, fils de César Oudin Bernard… …   Wikipédia en Français

  • Oudin — For the disruptive discharge coil, see Oudin coil. Oudin is a surname that may refer to: Eugène Oudin (1858–1894), American baritone, composer and translator Manny Oudin (born 1968), soccer coach and former player Melanie Oudin (born 1991),… …   Wikipedia

  • oudin — boudin …   Dictionnaire des rimes

  • Oudin coil — used for medical electrotherapy , 1907. An Oudin coil, also called an Oudin oscillator or Oudin resonator, is a disruptive discharge coil wired as a transformer designed to produce high voltage arcs and discharges, similar to a Tesla coil. It was …   Wikipedia

  • Oudin-Immundiffusion — Der Immundiffusionstest, ein Agardiffusionstest, stellt ein mit einfachen Mitteln durchführbares immunchemisches Verfahren zum Nachweis von Antigen Antikörper Reaktionen dar. Inhaltsverzeichnis 1 Prinzip 2 Varianten 2.1 Einfachdiffusion 2.2 …   Deutsch Wikipedia

  • Oudin-Test — Der Immundiffusionstest, ein Agardiffusionstest, stellt ein mit einfachen Mitteln durchführbares immunchemisches Verfahren zum Nachweis von Antigen Antikörper Reaktionen dar. Inhaltsverzeichnis 1 Prinzip 2 Varianten 2.1 Einfachdiffusion 2.2 …   Deutsch Wikipedia

  • Oudin technique — a single diffusion (see under diffusion) technique in which agar containing antiserum is placed in a test tube and antigen is layered over it; precipitin lines form where the concentrations of each antigen and antibody are equivalent …   Medical dictionary


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»